Menu

Les ajustements ont été calculés et versés en janvier. Si vous avez eu une indemnité de grève pendant la grève et si vous n’avez pas eu de courriel avant le 31 mai 2023 indiquant que votre dossier était clos, vous devriez avoir reçu un courriel (individuel ou de masse) entre les 21 et 31 janvier 2024 pour vous informer de l’état de la situation en ce qui vous concerne. Si le SPUL vous a versé un ajustement, vous avez également dû recevoir un avis de traitement à l’adresse courriel que vous aviez fournie pour les indemnités de grève, auquel cas vous devriez avoir reçu le montant indiqué dans l’avis dans le même compte qui a servi pour vos indemnités de grève.

L’objectif de cet ajustement était de faire en sorte que les trois indemnités de grève soient calculées sur la base de payes nettes exemptes de déductions (non fiscales) autres que les cotisations au SPUL et au RRPPUL. Aussi, en éliminant l’effet de ces autres déductions, voici les formules qui servaient à calculer les indemnités pour les professeur(e)s qui n’avaient pas de situation particulière entre la période de paye 2023_04 (dernière période de travail avant le début de la grève) et la fin de la grève.

Si vous pensez qu’il y a eu une erreur, veuillez contacter la trésorière, par courriel, à claire.bilodeau@spul.ca, idéalement d’ici le 29 février 2024. Par la suite, elle fera un dernier virement entre le fonds de fonctionnement et le fonds de réserve pour finaliser le dossier des indemnités de grève d’un point de vue comptable.

20 janvier | Il y a un an, jour pour jour, s’est tenue l’assemblée générale extraordinaire qui a marqué le début d’un mouvement de mobilisation historique de la part des professeur(e)s de l’Université Laval. À cette occasion, elles et ils ont fourni un appui à 96 % au mandat de grève proposé par le comité exécutif. Cet événement fut le point de départ de ce qui allait mener, quelques semaines plus tard, à une grève de 23 jours.

Ce conflit de travail aura marqué l’histoire du SPUL, par sa durée, mais surtout par la mobilisation et la solidarité qui s’y sont manifestées, à travers les nombreux rassemblements, l’appui aux revendications et la participation à l’effort collectif sans précédent des collègues, dont les nombreux délégué(e)s et bénévoles, mais aussi le soutien des organisations syndicales et associations étudiantes.

Cette négociation, portée par une mobilisation historique, aura permis d’obtenir des gains significatifs, notamment sur le plan de la charge de travail, de la rémunération, de la liberté universitaire et du principe de collégialité.

Le SPUL profite de cette date anniversaire pour souligner l’extraordinaire travail qui a été réalisé, dans le cadre de la négo et du conflit de travail, par les membres du comité exécutif et du comité de négociation. Portés et galvanisés par la mobilisation historique vécue sur l’ensemble du campus, elles et ils ont réussi à obtenir les nombreuses améliorations concrétisées par la nouvelle convention collective.

Le nouvel exécutif du SPUL poursuit maintenant le travail et s’assure que se concrétisent les importants changements introduits par la nouvelle convention.

Comité exécutif (2021 à 2023) : 

Comité de négociation :

LE DEVOIR | CONSULTER L’ARTICLE


Un article qui aborde la question du financement des universités au Québec en soulevant certains impacts des budgets insuffisants des universités.

La multiplication des cours en ligne apparaît comme un enjeu important. On espère une suite à cet article pour que soit approfondi l’enjeu des dépenses dans l’immobilier, la gouvernance et la transparence, la participation de la communauté universitaire aux orientations financières de l’Université.

Nous vous invitons à visionner cette courte capsule qui présente le point de vue du SPUL sur les états financiers présentés par la Haute direction de l’Université Laval. Nous revenons notamment sur le virement record de 102 millions du fonds de fonctionnement vers le fonds des immobilisations que nous avons dénoncé avec force.

VOIR LE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le conseil syndical a élu, le 20 octobre dernier, la prochaine présidente du SPUL, qui entrera en fonction le 1er janvier 2024 : Marie-Hélène Parizeau.

Marie-Hélène Parizeau est professeure titulaire à la faculté de philosophie de l’Université Laval où elle enseigne et publie dans les champs de la bioéthique, l’éthique de l’environnement et la philosophie de la technique depuis 1988.  Elle a été titulaire de la Chaire sénior de recherche du Canada en bioéthique et en éthique de l’environnement de 2003 à 2010. De 2011 à 2019, elle a été nommée à la COMEST (Commission mondiale pour l’éthique des connaissances scientifiques et des technologies) de l’UNESCO et elle en a été la présidente de 2015 à 2019.

Avec la collaboration étroite de ses collègues du comité exécutif, mais aussi avec l’appui actif des délégués syndicaux, Marie-Hélène Parizeau s’engage, pour son mandat à la présidence, à concrétiser les acquis de la grève (collégialité, transparence, liberté académique et université complète), par l’application de la nouvelle convention collective et ce, à tous les niveaux !

Les délégué(e)s ont discuté de plusieurs dossiers en cours dont les problèmes liés aux Chantiers d’avenir et au plan de collaboration.  Ils et elles ont participé à une plénière sur l’intelligence artificielle. Vous trouverez ci-dessous les principaux points qui y ont été abordés. Bonne lecture !

Suivi des dossiers en cours | synthèse

Plan de collaboration

La question du plan de collaboration a été abordée lors d’une rencontre entre A. Pilote, doyenne de la Faculté des études supérieures et post-doctorales, S. Viviers et L.-P. Lampron. Les éléments suivants ressortent de la discussion:

Un courriel a été envoyé à Mme Pilote, après la rencontre, pour lui faire part de notre compréhension de ce qui a été mentionné pendant la réunion. Apparemment, il y aurait des désaccords sur l’interprétation des échanges qui ont eu lieu.  Le CEX écrira aux membres du Conseil universitaire pour les informer de la discussion qui a eu cours et de la position du SPUL à ce sujet. 

Chantiers d’avenir

Simon Viviers, vice-président, rappelle les deux problèmes principaux qui sont liés aux Chantiers d’avenir : 

  1. La voie expéditive de création de programmes.
  2. Le fait que la direction de programme n’est pas assumée par des professeur(e)s.

La rencontre avec la doyenne de la FESP, Annie Pilote a aussi été l’occasion de discuter des Chantiers d’avenir. Celle-ci a fait valoir que les Chantiers d’avenir sont des programmes qui respectent la nature des programmes sur mesure et que, pour ces raisons, il est adéquat qu’ils n’aient pas été soumis au Conseil universitaire. Nous avons présenté des arguments expliquant que ces Chantiers ne respectent pas la raison d’être des programmes sur mesure et que leur structure même (cohorte d’étudiant(e)s, programmation de cours organisée, cours en séquence, etc.) les rend semblables à n’importe quel autre programme.  

La doyenne a expliqué qu’il n’y aurait probablement pas de nouveau Chantier, mais qu’ils sont présentement à évaluer la formule pour déterminer l’opportunité de la maintenir ou non. On ne peut donc exclure la possibilité que de nouveaux projets soient développés dans les années à venir. Nous avons souligné les nombreuses réserves du SPUL face à la formule actuelle et avons invité la doyenne de la FESP à amender celle-ci de façon à tenir compte de nos commentaires. Le SPUL s’opposera au maintien des Chantiers d’avenir si la formule actuelle demeure. Ce point sera également abordé dans le courriel destiné aux membres du Conseil universitaire. 

Budget de l’UL

Plus tôt cet automne, le vice-président Jean Ruel avait écrit à A. Darveau, vice-recteur aux ressources humaines et aux finances, pour lui poser une série de questions concernant le budget.  Nous avons reçu une réponse et des documents que nous sommes à analyser. 

Sur un sujet connexe, nous avons fait parvenir aux délégué(e)s une lettre type à envoyer à leur doyen(ne) pour lui demander d’avoir accès au budget facultaire. Cette démarche vise à accroître la transparence autour de la distribution des budgets entre les facultés et les unités et à démontrer le maintien de la mobilisation des collègues.  

Par ailleurs, les rencontres entre A. Darveau et les collègues, pour présenter le fonctionnement du budget de l’université, ont débuté la semaine passée. Jean Ruel, vice-président, rappelle qu’il est disposé à rencontrer les collègues des facultés intéressées pour les accompagner dans la préparation de cette rencontre.

Plan institutionnel

Le nouveau plan institutionnel a été dévoilé à la communauté le 27 septembre dernier. À la suite de la présentation, le président du SPUL a écrit à la rectrice pour l’informer que nous sommes d’accord avec le fait que l’université doit changer, et que des changements doivent être initiés dès maintenant. Le courriel aborde nos préoccupations à propos des statuts de l’UL, des modifications qui doivent être apportées aux pratiques au CA, de la légitimité de l’utilisation des excédents financiers et des modifications des règles de distribution des fonds dans les facultés. 

Création du RIUL

Afin de faciliter le partage des préoccupations propres aux syndicats, les différents syndicats de l’Université Laval ont constitué un nouveau regroupement intersyndical, le RIUL, le 3 octobre dernier. Le groupe se penche présentement sur le Comité de santé et sécurité du travail et a interpellé le vice-recteur Darveau pour solliciter une rencontre sur les budgets de l’université. Le SPUL a eu l’occasion, dans le cadre d’une rencontre du RIUL, de témoigner de son appui aux autres syndicats qui sont présentement en négociation soit le Syndicat des travailleuses et travailleurs étudiants et postdoctoraux (STEP), le Syndicat des professionnelles et professionnels de recherche de l’Université Laval (SPPRUL) et le Syndicat des chargés et chargées de cours de l’Université Laval (SCCCUL).  

Préoccupations des sections syndicales et questions des délégué(e)s

Construction et rénovations de pavillons

Des collègues ont soulevé des problèmes liés à la construction d’un nouveau pavillon et à la rénovation de pavillons existants. Ils et elles déplorent que ces changements majeurs soient prévus sans que les professeur(e)s aient été consulté(e)s à ce sujet.  Le vice-président, Jean Ruel, mentionne que le SPUL va aussi s’attarder au budget des immobilisations en lien avec le Plan directeur immobilier, et que le Comité exécutif rappellera, à la table de concertation SPUL-VRRHF, que les collègues souhaitent être consulté(e)s dans le cadre de ces projets majeurs.

Charge de travail

Des collègues ont abordé la question de la charge de travail en évoquant que plusieurs sont plus surchargé(e)s et stressé(e)s qu’avant la grève et accomplissent plus de travail administratif qu’auparavant. La plénière qui aura lieu en novembre au Conseil syndical contribuera à définir à quoi correspond une charge raisonnable. Par ailleurs, la convention collective établit clairement que l’Employeur doit fournir aux professeur(e)s le soutien dont ils et elles ont besoin pour accomplir leurs fonctions. Il est donc suggéré aux délégué(e)s de communiquer avec le CACC si ce soutien n’est pas mis à la disposition de leurs membres.

Rapport d’activité

Jusqu’en 2020, les professeur(e)s avaient accès à un formulaire de rapport d’activité numérique. Ce formulaire était utilisé dans plusieurs unités et des professeur(e)s déplorent qu’il ne soit plus disponible. Une nouvelle version devait être disponible en 2022, mais elle ne l’est toujours pas. J. Ruel explique qu’un formulaire numérique est disponible en sciences et génie, dans le cadre d’un projet pilote. Il mentionne que le formulaire est personnalisé pour leur faculté et que, par conséquent, le lien vers le formulaire ne peut être partagé aux collègues des autres facultés. Il invite toutefois les collègues à demander à la direction de pouvoir faire usage de ce formulaire.

Droit à la déconnexion

Une collègue souhaiterait que le SPUL se penche sur le droit à la déconnexion.  Ce droit à la déconnexion avait été abordé lors des États généraux qui ont eu lieu en 2022, mais la direction de l’université n’a pas donné suite à la recommandation qui avait été faite d’adopter et de diffuser des balises générales et des modèles de pratiques à privilégier pour assurer un milieu de travail sain et respectueux de la vie des membres du personnel. Le CEX rappellera cet impératif à la direction. 

Frais indirects de recherche

Un collègue de la faculté de médecine indique que des membres de son unité se sont adressé(e)s à la direction de leur faculté pour savoir à quoi sont consacrés les frais indirects qui sont retenus sur les subventions et commandites que reçoivent les professeur(e)s, mais n’a pas reçu de réponse. Le CEX fera des vérifications à ce sujet et y reviendra lors d’un prochain Conseil syndical.

Plénière sur l’intelligence artificielle

La plénière s’est articulée autour des deux questions suivantes:

Jean Ruel explique que l’administration de l’Université Laval n’a pas adopté de position institutionnelle sur l’usage de l’IA en formation et en recherche et qu’elle se limite à offrir des formations plus ou moins approfondies pour aider ses employé(e)s à réagir à la nouvelle réalité, sans proposer de solutions collectives ni de guide pour accompagner les professeur(e)s face aux nouvelles technologies.

À la suite des mentions du vice-président Ruel, une riche discussion a eu lieu. Quatre points principaux en découlent :

  1. L’impact de l’IA sur les évaluations crée une surcharge de travail chez les professeur(e)s.
  2. L’IA peut avoir des contributions positives au travail professoral, mais même celles-ci soulèvent des questions fondamentales.
  3. L’IA a des impacts particulièrement importants dans certains secteurs de connaissances et pour certains types de contenu. 
  4. Il est urgent de mettre en place des occasions de discussion, des guides de bonnes pratiques, pour approcher la question de l’IA dans une perspective collective plutôt qu’individuelle.

Dans les suites de cette discussion, des représentations seront faites auprès de l’Employeur pour que des balises institutionnelles soient établies, en s’appuyant sur les préoccupations des professeur(e)s.

Élections

Félicitations à toutes celles et tous ceux qui ont été nouvellement élus dans des postes à différentes fonctions au sein du SPUL!   

Membres élu(e)s : 

Depuis le 1er octobre dernier, nous avons accueilli Vincent Joseph, nouvellement vice-président au Comité exécutif du SPUL !

Vincent est professeur titulaire au Département de pédiatrie et chercheur affilié au Centre de Recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec-UL.

Ses recherches portent sur les réponses physiologiques en condition de déficit de l’apport d’oxygène à l’organisme. L’utilisation de modèles animaux lui permet d’explorer d’une part les processus d’adaptation à la vie en haute altitude, et d’autre part de mieux comprendre les mécanismes qui expliquent que les conséquences pathologiques de l’apnée du sommeil varient grandement selon le sexe des patients.

Avant de rejoindre le comité exécutif du SPUL, Vincent a été membre du comité d’application de la convention collective et membre du comité de négociation de la convention collective 2023-2027 et a donc été activement impliqué dans la défense des droits et intérêts des professeures et professeurs de l’Université Laval.

En tant que vice-président du SPUL, il est déjà à l’œuvre pour mettre à jour les différents documents d’information du SPUL, il travaillera au sein des instances qui défendent les droits des membres du syndicat, et contribuera à la mise en place des changements apportés dans la nouvelle convention collective.

RADIO-CANADA | CONSULTER L’ARTICLE

Les membres du SPPUQAR ont adopté à 83,6 % la proposition patronale en assemblée générale, mercredi après-midi. Plusieurs gains ont été obtenus à la table de négociation !

Félicitations à nos collègues du SPPUQAR !

Le Conseil syndical (CS) a tenu sa première réunion du calendrier 2023-2024. En plus de voir à l’adoption du budget 2023-2024, les délégué(e)s ont discuté de nombreuses préoccupations et des dossiers en cours. Vous trouverez ci-dessous les principaux points qui y ont été abordés. Bonne lecture!  

Suivi des dossiers en cours | informations du président

Une rencontre de la table de concertation VRRHF-SPUL s’est tenue le 6 septembre 2023. Plusieurs préoccupations des sections syndicales ont été relayées, mais peu d’entre elles ont trouvé réponse séance tenante (p. ex., diminution des bourses d’étudiant(e)s inscrit(e)s à une maîtrise professionnelle; modalité d’attribution des bourses à la FSAA; ajout de critères de sélection dans les processus d’embauche des unités; plan de collaboration; balises pour encadrer l’utilisation de l’intelligence artificielle). Le CEX fera avancer ces dossiers d’ici la tenue de la prochaine rencontre de la table de concertation, le 30 octobre. 

Le désaccord sur l’interprétation de la nouvelle clause de la convention collective prévoyant un fonds de démarrage pour les collègues nouvellement embauché(e)s a été constaté et un grief syndical a été déposé. Rappelons que l’Employeur maintient que le fonds doit être rendu disponible aux professeur(e)s embauché(e)s après la signature de la convention collective le 24 mai dernier, alors que le SPUL défend que les collègues embauché(e)s depuis moins de deux ans à l’université devraient eux et elles aussi recevoir une portion du fonds de démarrage au prorata de la durée restante de la période de deux ans durant laquelle les collègues peuvent se prévaloir de ce fonds de démarrage. La cause devrait être entendue par un arbitre dans les prochains mois. 

À la suite de la plénière du mois d’août sur les Chantiers d’avenir, la doyenne de la Faculté des études supérieures et postdoctorales (FESP), Annie Pilote, a informé le SPUL que les Chantiers d’avenir sont tous appelés à devenir des programmes réguliers et qu’aucun autre chantier d’avenir ne sera développé par la suite. Le président du SPUL a communiqué avec la doyenne pour l’informer que nous écrirons au Conseil universitaire pour expliquer à ses membres que des programmes ont été créés sans leur assentiment. Le CEX du SPUL assurera un suivi dans ce dossier. 

Le forum La nouvelle collégialité : discussion autour des implications des changements aux Statuts de l’UL, tenu en présence le 7 septembre, a été riche en discussions sur les attentes des collègues sur la réforme des statuts. Rappelons que les modifications incluses dans le document soumis à la secrétaire générale sont nécessaires pour rendre les statuts de l’UL conformes à la convention collective, selon la clause 1.3.04 de celle-ci. Une deuxième séance de discussion, en ligne cette fois, est tenue le jeudi 5 octobre. Les doyen(ne)s et les directions d’unité ont aussi été invité(e)s à participer à ces rencontres. 

À la suite d’une résolution votée en assemblée générale et en conseil syndical le 28 avril dernier, le CEX du SPUL a écrit en mai aux membres du CA pour leur rappeler leur rôle de fiduciaires et les inviter à être vigilant(e)s dans l’examen du budget de l’université. André Darveau, vice-recteur aux ressources humaines et aux finances, a alors proposé une rencontre pour discuter du fonctionnement des budgets. Cette rencontre a eu lieu le 19 septembre. A. Darveau, Bernard Morency, président du Comité d’audit du CA, et d’autres membres de la direction ont aussi assisté à la présentation des comptables de Raymond Chabot Grant Thornton sur les fonds qui constituent le budget de l’université. La rencontre a été intéressante en ce qu’elle a permis de développer un vocabulaire commun autour des différentes notions liées au budget. Elle a aussi permis d’écarter l’idée reçue voulant que nos commentaires sur le budget découlaient de notre mécompréhension du budget. Cette présentation est venue confirmer la compréhension qu’avait le SPUL du fait que les virements du fonds de fonctionnement vers le fonds des immobilisations relèvent de choix de gestion faits par la direction et entérinés par le CA. Ces virements ne sont pas conformes à la mission de l’institution et aux raisons pour lesquelles le gouvernement subventionne le fonds de fonctionnement. Le CEX fera le suivi opportun auprès des membres du CA. 

Le CEX a diffusé une vidéo sur la question du budget. Elle souligne plusieurs problèmes liés à ce budget. Celui-ci, notamment, ne respecte pas le principe d’université complète qui est enchâssé dans la convention collective. Les collègues du Conseil universitaire (CU) seront invité(e)s à intervenir pour assurer le respect de convention collective à cet effet. Par ailleurs, le CEX offre aux délégué(e)s d’analyser le budget de leur faculté et les incite à écrire au ou à la doyen(ne) de leur faculté pour lui demander d’avoir accès au budget; une lettre type sera fournie aux délégué(e)s. Le CEX demandera à A. Darveau de nous fournir ceux que nous n’obtiendrons pas. 

La direction de l’Université Laval a constitué un Comité sur la conduite responsable en recherche, qui sera chargé d’enquêter et de se prononcer sur les cas de collègues contre lesquel(le)s une plainte d’inconduite en recherche est déposée. Il s’agit d’un comité prévu à la convention collective. Ce comité sera composé de professeur(e)s. Le SPUL a été invité à nommer deux professeur(e)s sur ce comité. Sabine Kröger (Économique) et Chantal Pouliot (Études sur l’enseignement et l’apprentissage) ont été nommées par le SPUL à ce comité. Le comité a commencé ses travaux, qui se feront dans le cadre d’un projet pilote d’un an. 

Préoccupations des sections syndicales et questions des délégué(e)s

Plan de collaboration

Malgré la demande du SPUL à la vice-rectrice aux études, Cathia Bergeron, de rappeler que  c’est le contenu du Plan de collaboration qui doit être discuté avec les étudiant(e)s et qu’il n’y a aucune obligation de remplir un formulaire quelconque, il y a toujours obligation, dans plusieurs facultés, de remplir un document prédéfini de Plan de collaboration; dans certains cas, les professeur(e)s sont obligé(e)s de le signer également, malgré ce qu’avait indiqué C. Bergeron dans un message adressé aux professeur(e)s en décembre dernier. De plus, dans plusieurs facultés, le document doit être versé au dossier des étudiant(e)s dans les délais prescrits, faute de quoi ceux-ci ou celles-ci ne peuvent accéder à certaines bourses de cheminement. Selon des délégué(e)s, c’est la FESP qui demande que le plan soit versé au dossier des étudiant(e)s. Le CEX clarifiera la situation et fera le suivi nécessaire. 

Charge de travail raisonnable

Des délégué(e)s s’interrogent sur la manière d’opérationnaliser le critère de raisonnabilité de la charge de travail. L’un d’entre eux suggère de l’aborder en référant aux bonnes pratiques qui ont cours dans certaines unités et souhaiterait que le CEX propose une liste d’activités à mettre en place, par les unités, pour aider celles-ci à fixer une charge de travail raisonnable. 

Le CEX a justement prévu une plénière sur cette question à l’occasion de la prochaine assemblée du Conseil syndical, au mois d’octobre. Les délégué(e)s seront invité(e)s à tenir une discussion autour de cette question dans leur unité pour établir ce qui devrait être considéré comme une charge raisonnable.  

Téléphonie et gestion des finances

Des collègues qui souhaitent se prévaloir des remboursements de 40 $ de leur téléphonie cellulaire se butent à différentes contraintes administratives au sein de leur unité. Il semble qu’il ne soit pas possible de garder sa ligne fixe et sa boite vocale UL si l’on se prévaut du remboursement pour téléphonie cellulaire. De même, certain(e)s délégué(e)s rapportent qu’on leur a indiqué l’obligation de rendre public leur numéro de téléphone cellulaire sur le site de l’UL. En outre, certain(e)s s’inquiètent de l’accès de l’UL aux données personnelles qui sont stockées sur les téléphones cellulaires.  

À propos de l’obligation de publier son numéro personnel sur le site de l’université, le président du SPUL estime que cela est tout à fait contraire au droit à la déconnexion. Il explique que les pratiques varient d’une unité à l’autre, mais que la convention collective offre beaucoup de possibilités pour aborder ce problème. Il souligne que le fait que l’Université n’ait plus l’obligation de fournir une ligne fixe à des professeur(e)s qui souhaitent se faire rembourser une partie de leurs frais de téléphonie cellulaire ne signifie pas qu’il y ait un empêchement à conserver une ligne fixe.  Il mentionne qu’il faudra explorer des façons de répondre aux différents besoins des professeur(e)s. 

Soutien vs contrôle administratif

Plusieurs délégué(e)s se plaignent du contrôle que leur font subir le service des finances et les services de soutien informatique, alors que d’autres soulignent le mécontentement de leurs collègues à propos des délais dans le traitement des dossiers qui passent par les finances (traitement des subventions, octroi des bourses, production des rapports financiers, etc.). On rapporte aussi le manque persistant de soutien administratif. Les problèmes seront discutés, à nouveau, avec le vice-recteur aux ressources humaines et aux finances. Par ailleurs, un questionnaire réalisé par les membres du comité paritaire sur le soutien administratif est actuellement en circulation sur cette question. Toutes et tous sont invité(e)s à le compléter. 

Présentation du comité vie professorale et collégialité (CVPC)

Les deux coprésident(e)s du comité, Jean-Noël Grenier (Relations industrielles) et Laura Monetta (Réadaptation), sont invité(e)s à présenter le comité et les projets qu’il prévoit mettre en branle. 

Le comité vie professorale et collégialité (CVPC) a été créé à la suite de la négociation de la convention collective et a pour mandat de :  

Le comité est ouvert aux préoccupations qui peuvent émerger afin de tirer profit de l’importante mobilisation des professeur(e)s pendant la grève.

Élections

Félicitations à toutes celles et tous ceux qui ont été nouvellement élus dans des postes au sein des comités du SPUL et merci à toutes les personnes qui ont contribué aux activités syndicales dans les dernières années et qui ont décidé de passer le flambeau!   

Membres élu(e)s : 

Contactez votre délégué(e)

Le Conseil syndical est l’instance qui dirige le syndicat et le représente en qualité de mandataire de l’Assemblée générale. Il est impératif que la voix des professeur(e)s y soit représentée adéquatement. C’est pourquoi nous vous invitons à contacter le ou la délégué(e) de votre section syndicale pour lui faire part de vos préoccupations. Sachez également que vous avez accès aux procès-verbaux des rencontres du Conseil syndical sur l’Intranet du site Web du SPUL. Et si, d’aventure, vous faites partie d’une section qui n’est pas représentée au Conseil syndical, pourquoi ne pas faire le saut? 

© Tous droits réservés Syndicat des professeurs et professeures de l’Université Laval 2024