Menu

Non classé

— Retour
9 avril 2010

Printemps 2010 – Numéro 2

Logorrhée habituelle de statistiques dans le rapport 2008-2009 de l’Ombudsman

Absence de toute suggestion pour améliorer l’information publique

Le rapport pour l’année 2008-2009 de l’Ombudsman, Mme Odette Lagacé, présente à nouveau une logorrhée de statistiques sur les services découlant de sa fonction. Cette fois-ci, elle s’emploie toujours à la justifier, mais spécialement en citant les propos de prestigieux experts qui se sont exprimés sur le sujet dans une conférence internationale. C’est cependant l’introduction d’une nouveauté qui attire l’attention: dorénavant, les consultations sont classées en «consultation –  information», «consultation – conseil» et «consultation – facilitation». La première catégorie pourrait inspirer une politique d’information publique aux responsables universitaires. Elle représente 90 % des demandes d’information dont 62,2 % provient de la classe étudiante. Il serait donc approprié de retrouver dans ce rapport des suggestions à leur intention pour l’établir. Il n’en est rien, pas plus que pour tout autre constat du rapport d’ailleurs. L’Ombudsman ne se préoccupe pas de l’information publique mise à la disposition de la communauté universitaire même si elle constate dans l’exercice de sa fonction une ignorance chez une ou un de ses membres qui provient du manque de qualité de cette information. À l’exemple de ses prédécesseurs, elle s’abstient donc de faire aux autorités compétentes toute suggestion qui pourrait y remédier.

Jacques Rivet, cc

 



Conseil syndical

Des profs brisent le silence d’une séance d’enregistrement

— Retour

© Tous droits réservés Syndicat des professeurs et professeures de l’Université Laval 2022